Ghardaia, dans la vallée du M’zab

Ghardaia se trouve dans la vallée du M’Zab qui a été créée au Xe siècle par les ibadites autour de leurs cinq ksour, ou villages fortifiés, et qui semble être restée intacte. Simple, fonctionnelle et parfaitement adaptée à l’environnement, l’architecture du M’zab a été conçue pour la vie en communauté, tout en respectant les structures familiales. C’est une source d’inspiration pour les grands maîtres, comme Ravereau, Pouillon, Boffill et les urbanistes d’aujourd’hui.

La Pentapole traditionnelle se compose des cinq premiers ksour : Al Ataf, Bou Noura , Ghardaia, Melika et Béni Ysguen et a été érigée entre le XIe siècle et le XIVe siècles. A cet ensemble originel s’ajoutent, à partir du XVIIe siècle, deux centres importants éloignés des ksour d’origine : Guerrara et Berriane.

Les ksour de la Pentapole se rejoignent par leurs extensions. Elles se déroulent le long de l’oued Ghardaia, et d’ouest en Est. Cependant, les deux plus importants k’sour sont Ghardaia et Béni Ysguen.

Ghardaia, une cité millénaire

Fondée en 1053, Ghardaia est la plus grande des cités de la Pentapole.

La ville prend la forme d’une pyramide, accrochée à une forte butte, au sommet de laquelle trône la mosquée centrale au minaret si typique. Alors que le réseau des ruelles, circulaire ou radiale, enserre les habitations, construites les unes contre les autres, et les murailles successives dont s’est entourée la ville à différentes époques. Tandis qu’au centre, près de la grande mosquée, se trouve la fameuse «Grotte de Daya». En contrebas, par contre, on peut visiter le centre artisanal et l’esplanade du marché, un des plus beaux du Nord-Sahara.

La ville est aussi le lieu de la confrontation des architectures, traditionnelle contre coloniale ou moderne, mais aussi des essais magnifiques d’intégration et d’inspiration des rites locaux. D’ailleurs, Ravereau et Pouillon signeront la poste, la mairie, mais surtout l’hôtel Les Rostemides.

Les tapis de Ghardaia

Les fameux tapis de Ghardaia
Les fameux tapis de Ghardaia

Ghardaia, ville touristique par excellence, est une ville très réputée pour ses tapis et la « Fête du Tapis » qui s’y déroule annuellement.

Cette tradition artisanale demeure l’un des meilleurs moyens d’expression artistique de la vie féminine au M’zab. Le tapis mozabite, à base de laine et de poils de chèvre, est réputé pour la finesse de ses traits, ses formes géométriques et ses coloris chaleureux.

Il est constitué de trames très fines décorées de bandes de différentes teintes. Les motifs représentés tirent leurs formes des ustensiles domestiques : chandelier, peigne à tisser, clé… mais aussi de symboles, forme d’expression.

Il est à signaler que la vallée du M’zab figure sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco, depuis 1982, ce qui lui consacre une valeur universelle exceptionnelle afin qu’elle soit protégée au bénéfice de toute l’humanité.