Biskra, la reine des Zibans

Située au pied des Aurès, dont elle ferme la marche, et faisant face au Grand-Sud, la ville de Biskra étonnera le voyageur dès le premier abord. Au lieu des dunes et des paysages de rocaille attendus, ce sont d’immenses étendues verdoyantes qui s’imposent au regard. Palmeraie géante, larges surfaces irriguées, barrages, la ville a, depuis sa fondation au XIe siècle par les Zibans, combattu pour fertiliser ce bout de désert, espoir d’une vie meilleure. Aujourd’hui, avec ses vergers et ses 500 000 palmiers qui produisent la reine des dattes, la Deglet Nour, Biskra est une cité prospère, entre ville moderne et médina préservée.

Tourisme et lieux à visiter

La wilaya de Biskra abrite d’importants sites archéologiques (plus de 200), notamment à El Kantara, Djamoura, Beni Souik, Tahouda, Tolga, Djemina, Sidi Okba et à Filiach. Outre leur valeur historique, ces sites se singularisent aussi par leur beauté. Et c’est grâce à tous ces atouts que Biskra a réussi son pari, celui qui en a fait un pôle touristique d’une importance avérée. On visitera bien sûr le marché et ses artisans, tout en profitant de la fraîcheur de ses nombreux parcs, et on grimpera au Fort Turc pour une vue magnifique sur la vieille ville et la palmeraie. L’une des attractions majeures de Biskra, reste la dégustation du fruit roi, notamment à l’occasion de la fête de la datte, qui se tient chaque automne dans la capitale des Zibans.

Gastronomie

La gastronomie de Biskra est riche et variée et se compose de nombreux plats dont les M’hajeb appelés, localement, Mahdjouba, qui est une crêpe feuilletée traditionnelle dans laquelle on met une sauce à base d’oignons, de tomates et de poivrons ; la Dobara, qui est une soupe épicée, préparée à base de pois chiches et, parfois, de fèves, et est arrosée d’huile d’olive ; la Chakhchoukha qui est un mets de fête, d’origine berbère (en berbère chaoui «Chakhchakh» veut dire émietter), se composant de pâte émiettée arrosée de sauce rouge à la viande, épicée, de pois chiche, et dans quelques régions, de courgettes, de carottes et de navets, ou encore de pommes de terre, et généralement servie avec du petit lait (leben). Le Sviti, quant à lui, est cuisiné dans un plat typique de la région appelé « mahress », qui est un pilon, en bois, d’environ 50 centimètres de hauteur. On met dans le « mahress » de la galette (kessra), des gousses d’ail, de la coriandre, des tomates et du piment. On écrase tout ceci et on rajoute de l’eau bouillante tout en mélangeant le tout. Le Sviti est, par tradition, un plat familial et convivial. L’assemblée se dispose, assise sur de petits tabourets en bois, autour du plat posé sur le sol.

Biskra, une ville historique

Sidi Okba est une ville située à une vingtaine de kilomètres de Biskra et compte environ 6 000 habitants. Au centre des oasis, la ville est entourée par des dizaines de milliers de palmiers.
Sidi Okba doit son nom à Okba Ibn Nafaa qui, au VIIe siècle, à la tête d’une armée musulmane, était venu propager l’Islam au Maghreb. Il conquit un large territoire et il fonda la ville de Kairouan en Tunisie actuelle. Il fut tué par les armées berbères de Koceila et de la Reine Kahina en 683. Une mosquée, le plus ancien monument arabe d’Algérie, fut érigée sur son modeste tombeau, en l’an 686, et est encore, aujourd’hui, lieu de pèlerinage.

Les eaux thermales et Hammam Salhine

Hammam Salhine- Biskra
Hammam Salhine- Biskra

Réputées depuis l’ère romaine, les eaux thermales de Biskra sont connues de tous les algériens, notamment à travers le complexe « Hammam Salhine ». Le complexe thermal de Hammam Salhine est situé dans le tissu urbain de la ville de Biskra. Il est implanté sur l’axe routier de Batna.
La région jouit d’un climat sec avec un hiver doux et chaud. Le soleil brille presque constamment tout le long de l’année. La douceur du climat et la sécheresse de l’air permettent d’associer les effets d’une cure climatique à ceux du traitement thermal. Ces éléments naturels lui donnent la stature d’une station d’hiver.
Les eaux thermales de Hammam Salhine sont sulfurées et chlorurées sodiques avec une forte teneur en souffre. Elles émergent, de la source, à une température de 43°C. Ces eaux sont indiquées pour les affections rhumatismales et séquelles de traumatisme, pour les affections gynécologiques, respiratoires (asthmes, sinusites…), ainsi que dermatologiques (eczémas, acnés…), ou tout simplement pour une remise en forme.

En somme, un voyage à Biskra nous permettra, tout simplement, de nourrir notre esprit, de goûter à ses délices et de se revigorer physiquement et mentalement. Des voyages dans un voyage…