El Hadj M’hamed El Anka au théâtre

El Hadj M’hamed El Anka, père spirituel et fondateur de la musique chàabie, aura droit à sa pièce théâtrale intitulée « Cheikh M’hamed El Anka », et ce, à l’occasion du 40ème anniversaire de son décès (23 novembre 1978).

De son vrai nom Aït Ouarab Mohamed Idir, El Hadj M’hamed El Anka, appelé aussi  « Le Cardinal » par ses pairs, en signe de respect, fût l’élève de Cheikh Nador (de son vrai nom Saidji) qui excellait dans le genre « M’dih ».

El Hadj M’hamed El Anka a créé le « Chàabi »

La révolution de Cheikh El Anka fût l’intronisation de nouveaux instruments dans son orchestre tels que : le banjo, la Derbouka, le piano et, surtout, la « création » du mandole. Et c’est ainsi qu’est né le « Chàabi ».

La puissance de El Hadj El Anka est telle qu’elle impose une présence dans la littérature. Les jeunes, tout comme leurs parents, trouvent refuge et consolation dans ses paroles et ses textes. Il avait cette capacité qui, quand il appuyait sur un mot, ou sur une expression, il y changeait le sens.

Cette pièce théâtrale, réalisée par Mahfoud Felous, se veut une rétrospective de la vie de El Hadj M’hamed El Anka et de la naissance de la musique populaire algérienne : le Chàabi.

Elle aura lieu le lundi 14 mai, 18h30, à la salle Ibn Zeydoun (Riadh El Feth).