Le ministère de la Culture dit NON à Dieudonné !

Prévu pour le 25 mars dernier, Dieudonné M’Bala M’Bala, dit Dieudonné ou Dieudo, devait, en effet, se produire à Alger, avec son avant dernier spectacle « La Guerre ». Cependant, les modalités de réservation et d’achat des billets, en sus de la salle, non indiquée, où il devait se produire ont laissé planer un flou total quant à la production de ce spectacle que nous avions, d’ailleurs, annoncé sur ces mêmes colonnes en utilisant le conditionnel. (Lire notre article précédent « Dieudonné à Alger : Info ou Intox ? »)

Après cette date, où finalement il n’est pas venu, Dieudonné expliqua qu’il allait bel et bien se produire en Algérie « un dimanche des semaines à venir » et qu’il lui fallait, au préalable, déposer une autorisation de production au ministère de la Culture algérien, comme l’exige la réglementation algérienne. Chose qui, dit-il, il l’a faite via l’ambassade d’Algérie à Paris le 27 février dernier. Un spectacle organisé par une agence privée basée à Paris, et qu’il attendait juste le OK du ministère pour venir présenter son avant dernier opus.

Dieudonné interdit pour « non respect de la législation algérienne » ?

Cependant, la réponse du ministère de la Culture, donnée hier soir, fut un niet catégorique pour « non respect de la législation algérienne ». Et d’ajouter : « Dieudonné a annoncé son spectacle ‘sans avoir respecté la procédure juridique en vigueur en Algérie’ puisqu’il n’a pas présenté sa demande par l’intermédiaire d’une agence de droit algérien et n’a pas loué de salle de spectacle. » 

« L’humoriste français s’est contenté d’annoncer sur les réseaux sociaux que son spectacle sera donné à l’Opéra d’Alger, sans que les responsables de ce dernier (l’Opéra) n’en soient informés, procédant à la vente des billets,  en devise, via sa page Facebook, au mépris de toutes les règles et procédures légales en vigueur en Algérie. » 

Ministère de la Culture : « Nécessité de recourir à la justice »

Pour le ministère, l’annonce de l’organisation d’un spectacle à l’Opéra d’Alger via une « partie fictive » est une atteinte à la réputation de l’Opéra qui nécessite de « recourir à la justice ».

Tout en affirmant qu’il « n’a pas interdit » le spectacle de Dieudonné, le ministère se dit « étonné » du fait que l’artiste a annoncé la vente des billets du spectacle sans mentionner aucune instance algérienne avec laquelle il aurait traité et « qu’il continue à annoncer à son public algérien sa venue en Algérie au mépris de la loi, faisant ainsi du buzz », a conclu le ministère dans son communiqué.