Le Sud, l’autre facette du tourisme en Tunisie (Reportage)

Hammamet, Sousse, Nabeul, Monastir, que de belles stations balnéaires connues et prisées par les Algériens lors de la saison estivale. Mais qu’en est-il du Sud de la Tunisie que nous pouvons visiter d’octobre à avril? Dans le reportage qui suit, nous allons vous décrire le récent périple que nous y avons effectué comprenant les villes de Djerba, Douz, Matmata (Gabès), Tozeur et Kairouan un peu plus au Nord.

L’île de Djerba et son fameux Djerbahood

Djerba est une île de la côte tunisienne connue pour ses plages méditerranéennes et ses villes blanches du désert influencées par les cultures berbère, arabe, juive et africaine. Djerba est aussi une ville très culturelle. Nous avons été surpris par la beauté de Djerbahood où l’on peut admirer prés de 250 fresques, d’artistes venus du monde entier, sur les murs du village d’Erriadh en total harmonie avec ce street art qui y prend toute sa magnificence et où le langage devient, alors, universel.

Guellala, musée et poterie

Située à Djerba, cette ville, à majorité berbérophone, est célèbre pour ses poteries. Une activité qui date depuis des centenaires, voire des millénaires, dans cette région. On y retrouve, également, un très sympathique musée relatant la vie quotidienne locale ainsi qu’un moulin à huile, vieux de 3 siècles, dans la ville de Midoun.

Douz et son fameux Festival International Saharien (Vidéo)

Distante de prés de 220 kms de Djerba et quelques 4 à 5 heures de route, Douz est considérée comme étant la porte du Sahara tunisien. Cette ville du sud est surtout connue pour son Festival International Saharien qui en est à sa 52ème édition. Un Festival très attendu par les habitants de la ville et de toutes les régions avoisinantes. Entre le folklore, des danses et chants traditionnels, des courses de dromadaires et de chevaux, on pourra y découvrir, durant 4 jours, la culture locale et celle des différents pays qui y participent.

Matmata, le village qui a servi de décor pour Star Wars

Situé à 90 kms de Douz et à 1h20 de route, Matmata est un village berbère du sud de la Tunisie dépendant du gouvernorat de Gabès. Il est surtout connu pour ses troglodytes, constructions souterraines qui abritent la population locale. L’hôtel Sidi Driss, qui a servi de décor pour le film « La Guerre des Étoiles » (Star Wars), est la principale attraction touristique de ce village.

Tozeur

Grand coup de cœur pour cette ville du Jérid tunisien. Tozeur est une ville très sympathique et bien aérée se trouvant à 125 kms et 2 heures de route de Douz, et à 450 kms au sud-ouest de Tunis. Entourée d’oasis, la particularité de cette ville, en plus des nombreux calèches tirés par les chevaux qui lui donnent une atmosphère très touristique, est qu’elle soit entièrement construite de briques faites d’argile rouge, blanche et de sable. Ce qui lui donne un cachet très particulier.

Ne manquez pas, également, de visiter le Musée Dar Cheraït où vous pourrez admirer, le soir, un spectacle de son et lumière sur les plus célèbres histoires d’Orient : les Mille et Une Nuits, Aladin, Ali Baba et les 40 voleurs…ainsi que le Parc Chak-Wak, se situant dans une magnifique palmeraie, qui offre une visite en 360° relatant l’histoire de l’humanité de l’ère des dynausores jusqu’à nos jours. Toutes les civilisations y sont présentes ainsi que l’histoire des différentes religions monothéistes et polythéistes.

Kairouan, ses mosquées et ses tapis

Cette ville sainte de la Tunisie est distante de 300 kms et 4h30 de route de Tozeur et à peine de 2h00 de route de Tunis. En effet, on retrouve à Kairouan, qui fut la capitale d’Ifriqiya cinq siècles durant, La Grande Mosquée ou Mosquée de Okba Ibn Nafàa, le premier lieu de culte fondé, par ce dernier, au Maghreb, trente-huit ans seulement après la mort du Prophète Mohamed (QSSSL), soit en l’an 670.

En plus de son coté spirituel, la Mosquée Okba Ibn Nafàa est un chef-d’œuvre universel d’architecture classé, avec l’ensemble historique de Kairouan, dont la Mosquée des Trois Portes bâtie en 866, au patrimoine mondial de l’Unesco en 1988. On dit, d’ailleurs, que sept pèlerinages à Kairouan vaudraient un pèlerinage à la Mecque.

Les tapis de Kairouan, traditionnellement noués à la main, sont très réputés. Les premiers tapis auraient été réalisés lors de la fondation de la ville, soit en l’an 670.

En définitif, nous avons été agréablement surpris de découvrir la Tunisie autrement. Autrement que par ses stations balnéaires et ses parcs aquatiques. Oui, la Tunisie c’est aussi le tourisme culturel, historique, cultuel et festif, et se visite, donc, durant toute l’année. Un séjour qui nous a permis de nous fondre et de nous confondre avec des populations locales accueillantes, souriantes et généreuses. Nous y reviendrons, certainement, avec des reportages encore plus détaillés…

Nassim ILÈS